Sélectionner une page

Au départ, formateur dans le milieu professionnel spécialisé dans l’énergie photovoltaïque, je sillonnais toute la France pour animer des stages dans des fédérations du bâtiment ou des syndicats d’artisans . Suite à des décisions gouvernementales, le niveau de soutien de cette filière a été fortement réduit et, subitement, j’ai du changer d’activité.

Je travaille maintenant dans l’installation électrique de tout ce qui est climatisation et chauffage. Je fais ce travail en collaboration avec mon cousin, Antoine, qui, lui aussi, a été contraint de changer d’activité. Ensemble, nous intervenons dans des chantiers importants concernant la réalisation d’installation dans le secteur tertiaire. Ces chantiers durent en général plusieurs semaines et se situent dans toute la France.

Ainsi, je découvre un milieu qui a beaucoup changé. En effet, on y ressent beaucoup de stress. Il y a trop peu d’échanges entre les différents corps de métier. On ne se préoccupe pas des autres intervenants. C’est chacun pour soi. Il y a aussi une grande variété de nationalités représentées : yougoslave, kosovar, polonaise, portugaise, algérienne, marocaine, tunisienne…

Au début, ce changement d’activité a été difficile pour moi. En effet, ces dernières années, j’avais beaucoup investi, sur le plan personnel et financier, dans la filière photovoltaïque qui me paraissait pleine d’avenir. Je me suis retrouvé dans un monde inconnu. J’étais dans un certain inconfort. Cet inconfort m’a amené à des questionnements sur mon chemin de vie chrétienne. J’ai été poussé à partager avec mon cousin mes découvertes et mes interrogations. De là est née une fraternité profonde et une solidarité dans le travail. Cette entente a permis d’expérimenter ce que Jésus exprime : « Là ou deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux ».

Aussi nous avons reconnu la dignité de tous ceux qui nous entouraient, quelque soit leur caractère et leur nationalité. Une reconnaissance mutuelle s’est peu à peu développée. Chaque matin, nous avons passé du temps à saluer ceux qui nous entouraient en prenant soin de demander et de retenir les prénoms de chacun . Je n’allais pas vers eux au nom d’une exigence religieuse. Je ne me sentais pas meilleur qu’eux et parfois aussi stressé.. Mais j’étais poussé par une envie de connaître les gens qui m’entouraient, le désir de faire équipe avec eux, réalisant que nous avions le même projet, le même client.

Nous nous sommes aperçu combien c’était important de manger ensemble, aussi mon cousin  et moi, nous avons commencé à inviter  de temps en temps, des collègues à nos repas. Manger ensemble permet d’apaiser les tensions et d’apprendre à se connaître. Plus récemment, Antoine, mon cousin, a pris l’initiative de préparer une paella sur le chantier et d’inviter ceux qui voulaient venir. Les gens ont été très surpris de cette offre, en particulier ceux qui ne parlaient pas français. Nous avons eu des moments remplis de joie et de paix. En conséquence, le climat du chantier a progressivement changé. Un respect mutuel entre les corps de métier s’est instauré. Ces évènements m’ont rappelé les moments que Jésus a partagés avec des gens dans des repas. Un temps de vie en profondeur à travers des moments simples.

Philippe.

Merci Philippe pour le partage de cette expérience

JH

Share This