#

« The boy who harnessed the wind ».

 

         Dans notre monde où violences, déchirements et souffrances ne sont que trop visibles, il y a aussi un mouvement vers la paix, la liberté, la solidarité qui conforte notre espérance. Et, en regard de tout ce qui porte atteinte à la vie, il y a une multitude de gestes et de comportements qui nous parlent de bonté, de générosité, de créativité.

Les échos qui nous en parviennent touchent notre cœur et suscitent en nous enthousiasme et émerveillement.

         Aujourd’hui, l’information circule à travers le monde et nous découvrons des merveilles sur le web. Et, ainsi, nous pouvons partager aujourd’hui l’histoire de William Kamkwanba, un jeune africain du Malawi, qui, à quatorze ans, dans un environnement particulièrement démuni, a construit par lui-même, une éolienne dans un petit village éloigné.

          Il était une fois…  un jeune garçon qui avait commencé à aller à l’école et qui, à la suite d’une grande sécheresse et famine, qui, en 2002, avait ravagé son village et ruiné sa famille, n’a pu poursuivre des études faute de pouvoir payer les droits de scolarité correspondant. A l’école, William avait commencé à aimer les sciences. Alors, désormais en dehors de toute scolarité, il s’est rendu à la bibliothèque publique d’une ville voisine pour y emprunter des livres de physique, et, tout particulièrement un livre qui va l’accompagner dans sa démarche : « Using energy ».

         A partir de cet ouvrage, mais en devant suppléer aux lacunes de celui-ci quant au comment faire, William va s’engager à 14 ans dans la construction d’une éolienne. Car, nous dit-il, dans la vidéo (1) qui raconte son histoire,  « il y assez de vent au Malawi ».  Tout seul, malgré les incompréhensions et les moqueries, à partir de matériaux issus de rebuts, il parvient à construire une éolienne rudimentaire, mais efficace. Dans ce village démuni, quelque part l’électricité apparaît. Et nous participons à la joie de William lorsqu’il parvient grâce à cette électricité à écouter de la musique reggae en provenance d’une radio du Malawi. Et, pour la ferme, il réalise une seconde éolienne permettant de pomper l’eau.

         Désormais, William n’est plus confronté aux moqueries. Et lorsqu’il va rapporter les livres empruntés à la bibliothèque, il peut répondre à la question du bibliothécaire : « Vous avez construit une éolienne en utilisant le savoir qui est dans ce livre ? Et je répondis : « oui ». L’histoire se répand dans le pays. A la fin de l’année 2006, la presse en parle. En décembre 2007,  ce jeune garçon créatif est invité pendant trois semaines aux Etats-Unis, un pays qui sait encourager les talents dans le monde. En 2009, il est invité au forum Ted. Ce témoignage est présenté sur une autre vidéo (2) et se termine par une expression de confiance : « Dieu bénit.  N’abandonnez pas ! ». William Kamkwanba va pouvoir poursuivre des études. Et grâce à lui, son village aujourd’hui dispose de l’électricité. Voilà qui change la vie de sa famille et de toutes les familles de ce village… En 2013, un livre racontant cette histoire vient d’être publié : « The boy who harnessed the wind » (Le garçon qui a dompté le vent » (3). William se consacre aujourd’hui à la construction d’éoliennes pour mettre l’électricité à la disposition de ses concitoyens, et, par là même aussi l’accès à internet.

         L’exemple de William n’est pas isolé.  On trouve sur le web des vidéos qui témoignent de la créativité d’autres jeunes africains (4). Il y a dans les pays du sud, en phase avec une capacité de communion spirituelle, un élan de vie qui se traduit de multiples façons : dans la manière dont les enfants surmontent les obstacles pour se rendre à l’école (5), dans la lecture partagée des albums et des livres (6), dans un engagement musical (7). Et, aux cotés de ces enfants, de ces jeunes, il y a des adultes qui les accompagnent, car il n’y a pas plus belle tâche.  Bien sûr, nous entendons là un appel universel et là où cela est nécessaire, dépassons les encombrements, les rigidités, les surdités. Aujourd’hui comme hier, il y a une ouverture vers l’avenir. Il était une fois…

#

#

J H

#

(1)            La vidéo sur You Tube : African genius : 14 years old self-taught engineer makes electricity for village : http://www.youtube.com/watch?v=rruNxURlWCY

(2)            William Kamkwamba. « How I harnessed the wind » (Ted talks, 2009) : http://www.youtube.com/watch?v=6QkNxt7MpWM

(3)            William Kamkwamba  présente son œuvre sur un site personnel : http://www.williamkamkwamba.com/ On trouvera sur ce site les coordonnées de son livre : The boy who harnessed the wind by William Kamkwamba and Bryan Mealer (2013).

(4)            Agé de 15 ans, un jeune de Sierra Leone, Kelvin Doe, s’est formé par lui même et est devenu un brillant inventeur, fabriquant des batteries, des générateurs et des transmetteurs à partir de rebuts et créant sa propre station de radio. Il a été invité au MIT aux Etats-Unis.. Voir la vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=XOLOLrUBRBY

(5)            Sur ce blog : présentation du film : « Sur le chemin de l’école » : http://vivreetesperer.com/?p=1556

(6)            Sur ce blog,  présentation du livre « Laissez les lire » dans lequel Geneviève Patte présente son itinéraire de bibliothécaire pour enfants, très en phase avec les expériences de lecture dans les pays d’Amérique Latine : http://vivreetesperer.com/?p=1556

(7)             Sur ce blog : « De la décharge publique à la musique » http://vivreetesperer.com/?p=1603

Sur le développement en Afrique, sur le site de Témoins, on pourra lire : Promesses d’avenir pour l’Afrique : un nouveau regard : http://www.temoins.com/societe/promesse-d-avenir-pour-l-afrique.-un-nouveau-regard.html

Share This